Menu
Nos applis :

mardi 05/09/2017

Gastien: « Le football est un spectacle avant tout »

Pascal Gastien a été présenté ce lundi à la presse en présence du président Claude Michy. Le nouvel entraineur du Clermont Foot 63 revient sur sa nomination et ses objectifs à la tête de l'équipe.

Pascal, vous avez dirigé votre première séance ce lundi matin, comment avez-vous trouvé vos joueurs ?

Les joueurs étaient concernés. En général, quand on change d’entraîneur, les joueurs sont toujours attentifs à ce que vous dites, j’espère que cela va durer.
Il y avait beaucoup d’intensité et d’envie dans ce qu’on a fait lors de cette première séance.

Comment avez-vous réagi lorsque Claude Michy vous a proposé la succession de Corinne Diacre ?

Il me l’a annoncé un peu par surprise, je ne savais pas que Corinne allait partir à la Fédération. J’espère un immense destin pour elle, je pense qu'elle était destinée à cela. J’étais très heureux pour elle. J’ai hésité, car j’estimais que ma mission en tant que directeur du centre de formation n’était pas terminée. Je m’étais engagé auprès de certaines familles, je travaillais avec de bonnes personnes… J'ai dû bien réfléchir. Le président a su me convaincre. Il m'a laissé libre de mon choix, il ne m'a pas du tout mis la pression. Cela permettait aussi de s’inscrire dans la continuité. J’espère que cela va bien se passer.

Vous parlez de continuité. Cela veut-il dire que la méthode de travail et la tactique vont rester les mêmes ?

On avait à peu près les mêmes idées directrices, peut-être que la méthode va changer un peu, mais cela va rester sensiblement identique. Je ne peux pas me permettre de bousculer ce qui a été fait par Corinne, je ne suis pas fou, ça marchait bien avant. Par petites touches, il y aura peut-être des choses qui changeront, mais je ne peux pas bouleverser le groupe.

Sur quels aspects allez-vous changer les choses ?

J’ai coutume de dire que je n’ai pas inventé le football. J’aime surtout quand mes équipes gagnent. Il n’y a pas plus compétiteur que moi, au moins autant, mais plus je ne suis pas sûr. 
Je pars du principe où quand on crée du jeu et qu’on a la possession du ballon, on a plus de chance de gagner des matchs. Le football est un spectacle avant tout, et j’espère qu’on va continuer à donner du spectacle aux gens qui viennent au stade.
Mon expérience me fait dire qu’il faut être prudent, et on va faire le nécessaire avec les joueurs pour continuer ce qui a été fait avec Corinne. On se connaissait très bien, on n’a pas la même sensibilité mais on s’en rapproche.

Comment jugez-vous le groupe ?

C'est un groupe qui a de la qualité, on est bien parti en championnat, on est toujours qualifié en Coupe de la Ligue. C’est un bon départ, il faut confirmer. Il y a une bonne ambiance au sein du groupe, Corinne me l'avait confirmé, maintenant il faut travailler. Je considère qu'on a un calendrier à venir assez difficile, mais on est sur une bonne dynamique. Vendredi, nous allons jouer une équipe qui reste aussi sur une bonne série. Cela va être un bon match.

Vous êtiez à la tête du centre de formation, peut-on s'attendre à voir encore plus de jeunes intégrer le groupe pro ?

Nous avions déjà parlé de certains jeunes avec Corinne. Cela se fera au mérite, celui qui méritera viendra avec moi. On intégrera petit à petit les jeunes, c’est la politique du club, je suis là pour pérenniser ce qui a été fait. Si les plus vieux confirment ce qu’ils ont fait depuis ce début de saison, il n'y aura aucune raison que je change. Mais notre envie générale est d’intégrer les jeunes.

Avez-vous des pistes pour votre remplacement au poste de directeur du centre et entraîneur de l'équipe réserve ?

Nous avons 15 jours pour trouver. Il y a de très bons formateurs sur le marché, ce sera un choix collégial. Il faudra que cette personne soit dans l'esprit du club.

Vendredi, vous allez diriger votre 100ème match de Domino's Ligue 2 après avoir entraîné Niort et Châteauroux. Vivez-vous votre retour comme une revanche personnelle après l’échec de Châteauroux ?

A Châteauroux, ça ne s’est pas bien passé, je ne vais pas insister là-dessus. Je suis arrivé au mauvais moment, mais je ne regrette pas, c’est une expérience qui me servira pour la suite.

Aviez-vous prévu un jour de reprendre une équipe professionnelle ?

Je n'avais rien prévu du tout, j’étais au centre de formation pour dix ans s'il le fallait. Je n’avais pas de plan de carrière. Ce sont deux jobs différents. Je n’ai pas besoin de la lumière, Je suis bien avec les joueurs, je suis bien sur le terrain. J’aime monter des projets sur la durée, donc je n’étais pas frustré de ne pas diriger d’équipe professionnelle. J’ai pris mon pied avec les jeunes sur le terrain, et j'espère en prendre toujours autant avec les pros.

Quel regard portez-vous sur ce championnat de Domino's Ligue 2 ?

Je pense que cela va être encore extrêmement serré, avec de bonnes équipes qui ne sont pas forcément très bien parties aujourd'hui. J'ai vu ici une très bonne équipe de Lorient, qui devrait être dans le haut du classement, compte tenu de leur jeu et de leur effectif. Mais à mon avis, il n'y aura pas beaucoup d'équipes qui se détacheront vraiment sur la durée.

L'objectif affiché du club était le Top 10 en début de saison. Partez-vous avec les mêmes intentions ?

Je suis toujours ambitieux, je souhaite toujours aller le plus haut, il ne faut pas se donner de limites. Après, le club construit actuellement son centre de formation, et je ne voudrais surtout pas être celui qui met en danger le club en fin de saison. Il faudra d'abord assurer notre maintien au plus vite. Nous devons savoir rester raisonnable et ambitieux à la fois.

Comment définiriez-vous votre management ?

Je suis ouvert, mais rigoureux dans mon travail. On ne peut rien avoir sans rigueur et sans discipline, ce sont les principes de base. Je prône un jeu qui doit donner du plaisir aux gens. Si je ne suis pas enthousiaste en arrivant à l'entrainement, je ne serais pas cohérent avec moi-même et avec les joueurs.

Un mot sur un cas particulier, Karim Djellabi, qui s'est entrainé à part depuis le début de saison. Va-t-il réintégrer le groupe ?

Il devait déjà réintégrer le groupe au 1er septembre, y compris avec Corinne. Ce sera à lui de gagner sa place, si je trouve qu’il est performant, je ne vais surtout pas me passer d’un bon joueur. Après, Nicolas Gavory fait un très bon début de saison.
Je n’ai aucun état d’âme, aucun souci avec qui que ce soit, ce que j’ai envie c’est que l’équipe fonctionne bien. Je n’ai pas de problème avec l’âge. Si un joueur de 18 ans est très bon et que j’estime qu’il est meilleur qu’un ancien, il jouera.