Menu
Nos applis :

samedi 14/08/2010

Clermont n’a joué qu’une mi-temps

Les clermontois sont ressortis frustrés de cette rencontre face à Dijon, contraints de concéder le nul après avoir mené deux fois au score.

22

Buteurs:
Clermont
: Privat (15′), Perrinelle (45′).
Dijon:
Mandanne (29′), Ribas (59′).

Ligue 2 (2ème journée) – Vendredi 13 aout 2010 (20h00).
Stade Gabriel-Montpied – 3 800 spectateurs
– Arbitre M. Rouinsard.


Clermont : Fabre (c) – Esor (Erichot 46′), Salze, Perrinelle, Abdoulaye – Pinto-Borges, Ekobo – Haquin, Bayod, Alessandrini – Privat (Hamdani 46′).
Entraîneur : M. Der Zakarian.

Dijon : Padovani – Ogier , Zywiecki, Zarour, Fomen (Paulle 46′ )- Morisot, Corgnet (Isabey 63′), Malouda – Mandanne (Caceres 81′), Ribas (c), Bauthéac .
Entraîneur : P. Carteron.

Les hommes de Michel Der Zakarian ont réalisé une entame de match digne de ce qu’ils espéraient face à Dijon. Pour cette première au Montpied en championnat, les clermontois prennent d’emblée le jeu à leur compte et débloquent rapidement leur compteur sur un corner de Nicolas Bayod, bien coupé de la tête par Sloan Privat (1-0, 15ème). Clermont ouvre le score pour la première fois de la saison et semble bien en place, décidé à poursuivre sa marche en avant. Mais l’enthousiasme sera de courte durée puisque sur sa première occasion franche, Dijon surprend son adversaire en contre pour égaliser. Eric Bauthéac prend de vitesse Marvin Esor avant d’adresser un centre à ras de terre à destination de Christophe Mandanne au point de penalty. L’attaquant bourguignon, étrangement seul, n’a plus qu’à ajuster Fabre (1-1, 29ème).

Ce n’est que partie remise pour le Clermont Foot qui puise dans ses ressources morales pour tenter de reprendre le contrôle de la situation. Une tentative génialissime de Nicolas Bayod n’est pas loin de faire mouche… Le milieu offensif, qui a vu Padovani avancé, tente un lob lointain sur un coup-franc de plus de 40 mètres. Le ballon vient rebondir sur la barre transversale du portier dijonnais (41ème). Les clermontois poussent et se procurent logiquement de nombreux coups de pied arrêtés. La recette du premier but est à nouveau appliquée juste avant la pause, et se traduit par un second but ! En effet sur un nouveau corner de Bayod bien dévié par Privat, qui devance dans les airs la sortie de Padovani. Perrinelle se retrouve seul au second poteau, et parachève le travail d’un plat du pied gauche (2-1, 45ème).

De quoi infliger un coup au moral du DFCO. C’est du moins ce que pensent les spectateurs du Stade Gabriel-Montpied, mais ce sont pourtant les clermontois qui reviennent beaucoup plus timorés sur le terrain en seconde mi-temps. Il faut dire que la sortie sur blessure de Marvin Esor (cuisse), et celle plus inquiétante de Sloan Privat (palpitant accéléré), contrarient tous les plans. En face, la formation de Dijon a dû subir une belle remontée de bretelles de la part de Patrice Carteron. Les bourguignons reviennent beaucoup plus forts, mais sont aussi bien aidés par des clermontois privés de leur point d’appui, et devenus « inexistants », selon les propres mots de Michel Der Zakarian.

Clermont, qui s’est laissé endormir, va concéder une seconde égalisation logique à l’heure de jeu, sur un coup-franc de Bauthéac repris d’une tête lobée imparable par Ribas (2-2, 59ème). Deux fois seulement en deuxième mi-temps, l’équipe trouve l’étincelle pour porter le danger sur la cage de Padovani et s’offir une balle de 3 à 2. Bien lancé sur l’aile gauche par Eugène Ekobo, Rachid Hamdani fait parler sa vivacité en éliminant son vis à vis direct, avant de s’aventurer à l’entrée de la surface. Au moment de frapper, seul face au portier, Hamdani surprend la défense dijonnaise en adressant un bon ballon à Nicolas Bayod. La frappe immédiate de ce dernier est détournée d’une parade réflexe par Padovani, qui prive Clermont des trois points (75ème) … La tête lobée d’Yvan Erichot ne trouvera pas non plus meilleur sort (85ème).

Cette fois-ci, Clermont avait bien commencé mais a mal terminé … Au rayon des points positifs, l’équipe reste invaincue, alors que pour Michel Der Zakarian, « l’an passé, ce genre de matchs nous l’aurions perdu ». A Tours mardi, les coéquipiers de Michaël Fabre voudront réaliser un match plein de bout en bout, pour se prouver qu’ils sont capables de tenir l’intégralité d’un match en étant efficaces offensivement et défensivement. En attendant des nouvelles de Sloan Privat, Marvin Esor et de Jérôme Cellier concernant leurs chances de participation à cette rencontre…