Quel merveilleux déplacement à Lens !

Beaucoup des 20 accompagnants pour le déplacement à Lens, dans le hall de l'aéroport à Clermont disaient: "Il faut, au moins une fois dans sa vie, assister à un match au stade Bollaert". C'est chose faite depuis vendredi 11 mars.

Embarqués dans l'avion des joueurs, du staff technique et médical, une heure et demie après, nous attérissons à Lille. Profitant du temps que nous disposions avant le déjeuner prévu à 13h30, nous flanons dans la cité lilloise en découvrant la Grand Place, l'Opéra, le magnifique centre ville, le Palais Rihour, tout en se dirigeant vers les ruelles pavées du Vieux Lille pour aller "Chez La Vieille" ... qui n'est autre, qu'un des deux estaminets réputés de la capitale des Hauts de France. 

Au menu, pour s'ouvrir l'appêtit, un petit "Gen'poir" accompagné de la planche de dégustation aux pâtés fruités était suivi de la "Goyère au carré du vinage", puis, nombre de participants ont choisi pour le plat, soit "Le Pot'je Vleesch" ou alors la "Fameuse fricandelle" pour terminer par le dessert, le tout arrosé (toujours avec modération) de "La Goudale" célèbre bière blonde servie en bouteille de 75 cl. Après, le café, un petit alcool maison, offert et servi par le patron est venu égayer un peu plus l'ambiance avant la prise de la photo souvenir.

 

Le temps était compté et déjà il fallait penser à rapporter quelques petites gâteries de chez Méert, célèbrissime boutique depuis 1761... (mais, il parait que depuis cette date, les propriétaires ont changé...), avant de reprendre le bus pour se conduire vers Lens, faire un tour par "Les corons" puis découvrir les très nombreux et luxueux salons du stade Bollaert, croiser le président Gervais Martel et enfin accéder à la vue de la superbe pelouse de ce stade renommé et mythique qui accueillera l'Euro en juin.

 

Après avoir reçu l'écharpe et le porte clé de bienvenue à l'effigie du RCL, une prestation dînatoire d'avant match nous était proposée avec champagne, vin et bière... (et ...  toujours avec modération).

19 h 45, il était temps d'aller respirer l'odeur du stade et sentir la chaleur qui régnait dans cette enceinte avec ses 25 000 supporteurs tous acquis aux couleurs sang et or.

Nous, à 20, nous n'avons même pas réussi à couvrir les chants des Lensois, alors qu'à la mi-temps, nous restions respectueux lorsque le public entonnait la chanson des "corons". Tout ceci, n'a pas influencé le résultat positif obtenu par "nos rouges et bleus"  (1-1) à la satisfaction de tous.

Le retour en avion, même tardif, était plutôt joyeux !