Skip to Content

Moullec : « La montée ne se joue pas tous les ans »

Version imprimableEnvoyer à un amiEnvoyer à un ami
Mercredi 21 Mars 2012

Guillaume Moullec, qui a déjà connu comme certains joueurs les joies d'une accession en Ligue 1, souligne l'importance de ce rendez-vous à Troyes vendredi soir.

Dans le groupe clermontois, deux membres du staff et sept joueurs ont déjà vécu une montée en Ligue 1. Parmi le staff : Michel Der Zakarian, en tant qu'entraineur avec Nantes (2008) et Jean-Noël Cabezas, en tant que joueur avec l'ESTAC (1999), qu'il retrouvera justement vendredi.

Du côté des joueurs, Rivière avec Ajaccio (2011), Fomen avec Dijon (2011), Perrinelle avec Boulogne (2010), Esor avec Arles (2010), Armand avec Montpellier (2009) et Ekobo avec Strasbourg (2007) ont chacun connu les joies d'une accession. Monté à trois reprises avec Montpellier (2001), Lorient (2006) puis Nantes (2008),  Guillaume Moullec est le joueur le plus expérimenté dans ce domaine.

Le milieu clermontois évoque cette rencontre que les joueurs devront aborder avec ambition et détermination.

Renouer avec la victoire
après cette série de matchs nuls, qui plus-est face à Troyes, serait un signe fort ...

Il ne faut surtout pas concéder de points de retard par rapport à cette équipe de Troyes. Au minimum, le match nul est donc indispensable. Mais nous y allons pour la gagne, comme nous l'avons fait à chaque match, et sans fébrilité par rapport à nos derniers résultats. Les troyens ne sont pas non plus dans leur meilleure période. Nous y allons pour jouer notre jeu. Il y a un moment où cela va finir par sourire. Nous allons repartir de l'avant, et nous espérons dès vendredi.

Il y a eu des améliorations significatives dans le jeu ces quinze derniers jours. Avez-vous le sentiment qu'il ne manque pas grand chose ?

Non il ne manque pas grand chose. Nous avons retrouvé cet état d'esprit et cette flamme qui nous permettaient d'avoir de bons résultats. On a su redresser la barre, c'est dommage de n'avoir pris que deux points sur ces deux derniers matchs.  Il ne faut pas gamberger, nous n'avons pas le temps. Il faut aborder les matchs un à un et prendre suffisamment de points pour se retrouver dans le trio de tête à la fin de la saison.

L'équipe a-t-elle manqué de malice ces derniers temps pour savoir tenir ses résultats ?

Ce sont des choses qui s'acquièrent avec l'expérience. Eviter certaines fautes, bien gérer les dernières minutes...  Nous avons une équipe très jeune. Certains vivent leur première ou deuxième année de Ligue 2.  Il va falloir apprendre très vite parce-que nous sommes dans une situation où il faut savoir user de son expérience. Mais j'ai confiance en mes partenaires.

« L'avantage d'être devant »

Comment le groupe aborde-t-il cette rencontre ?

Il n'y a pas de pression. Nous avons la chance et l'avantage d'être devant. Nous devons aborder les échéances une par une. Pour ce déplacement à Troyes, nous partons au vert deux jours avant la rencontre. Ce sont des choses qui se font assez régulièrement lorsqu'il y a des matchs à enjeux. C'est surtout l'occasion de se donner du temps pour digérer le trajet en bus et pour être une journée de plus ensemble. C'est une bonne chose pour prendre aussi conscience que c'est un match important.

Un mot sur cette équipe de Troyes, un concurrent direct ...

Nous savons que c'est une formation joueuse. Cette saison ou même l'an dernier, ils ont pris pour habitude de bien construire leurs actions, et de garder une bonne possession du ballon durant leurs matchs. Maintenant, ils ne font pas non-plus que des beaux matchs. Nous nous déplaçons avec l'ambition de jouer notre jeu et d'essayer de les faire déjouer, comme face à toutes les équipes.

Quel message les joueurs les plus expérimentés doivent-ils faire passer à l'ensemble de l'équipe ?

On doit tous prendre conscience qu'une montée en Ligue 1 ne  se joue pas tous les ans. Parfois, le seul moyen d'accéder à l'élite est d'y accéder avec son club puis tenter de faire son trou. Etre recruté par un club de Ligue 1 aujourd'hui n'est pas une chose facile, même pour des jeunes prometteurs. Grandir avec le club où l'on joue, franchir un pallier avec ce club est la solution la plus facile. On l'a vu avec des équipes aux mêmes profils comme Arles, Dijon, Ajaccio ou Brest. Cela a été tout benef' pour les joueurs qui étaient dans ces clubs. Nous devons nous focaliser sur cet objectif aujourd'hui.

> Troyes - Clermont : Le groupe et l'avant-match vidéo